×

La torture musicale : le piano à chats

Le 6 octobre 2017 par Doc Seven (1 708 vues)

Gagas de chatons tout mimis, ou tout simplement amateurs de bon goût voire de bonne musique, cette invention totalement perchée risque de faire friser vos moustaches. Ou au moins celles de votre chat… Car oui, avant même l’invention du piano tel que nous le connaissons au début du 18ème siècle, des témoignages datant du début du 16ème siècle attestent de l’existence de pianos à chats.

Hélas, il ne s’agit ni de pianos décorés de jolis petits motifs félins, ni même de faire gambader des chatons sur les touches d’un clavecin. Non, on est là face à un véritable instrument de torture animale, dont les sons proviennent directement des cordes vocales de chats, sons obtenus d’une manière moralement discutable. En même temps, j’aurais vécu à l’époque, j’aurais été prêt à inventer n’importe quoi pour changer un peu de l’orgue à gogo tous les dimanches à la messe… Et c’est exactement ce qu’il s’est passé.

On aurait bien aimé qu’il s’agisse d’un truc comme ça, mais non désolé… – Pixabay

En quête d’un nouvel instrument pour animer les cérémonies religieuses dont le son puisse être modulable, c’est-à-dire jouer aussi bien piano que forte, les expériences vont bon train et parmi elles, le piano à chat est sans doute la plus insolite. A cette belle époque, le ravissement sacré des oreilles est bien peu de choses par rapport à… des queues de chats. Car oui, cette « brillante » invention consiste à utiliser des queues de chats vivants tendues comme les cordes d’un instrument de musique dont les notes ne sont autre que les cris de douleur des minous coincés à l’intérieur.

Bon je t’explique le principe, à condition que tu promettes de ne jamais reproduire ça chez toi hein… Si vraiment tu veux te lancer dans un atelier manuel, je te conseille plutôt d’aller voir notre article sur la dreamachine, c’est fun et ça ne fait de mal à aucun animal !
Alors, pour obtenir un piano à minous, tu prends une dizaine de chats, de différents sexes et âges pour l’amplitude de la gamme, puis tu les ranges chacun dans une boîte d’où leur tête puisse quand même dépasser histoire d’émettre la note désirée et tu les alignes selon l’acuité de leur miaulement. Technique, j’avoue. Ensuite, tu te débrouilles pour que la queue de chaque chat tienne bien tendue juste en dessous d’un clavier à touches, dont chacune est munie d’un marteau à aiguille prête à entrer dans le vif du sujet, au sens propre du terme, en tirant ou en pinçant la queue des chats selon le type de modèle. Il ne te reste plus alors qu’à pianoter agilement et obtenir dans un premier temps, selon les sources d’époque, des miaulements brefs et nets. Mais en faisant preuve de persévérance, les plus chanceux mettaient tant et si bien les chats en furie, à ce qu’on peut comprendre, qu’ils réussissaient à obtenir d’eux les fameuses modulations : crescendo, rinforzando, et tout le tralala.

Instrument de musique ou de torture ? – Flickr

Loin d’être resté dans le placard d’un musicos un tantinet sadique, le piano à chats a véritablement été en odeur de sainteté et a gravité dans les plus hautes sphères de la société. Cette invention a ainsi connu son heure de gloire un jour de 1549, où à l’occasion de la visite du roi d’Espagne à Bruxelles, on donne moult processions en l’honneur d’une image miraculeuse de la Vierge, célébration dont le point d’orgue est donné par notre fameux piano à chats… joué par un ours. Nul doute que la Vierge comme le bon Dieu auront apprécié l’hommage à sa juste valeur. Ou pas. Car le chroniqueur de cet événement ne se prive pas de qualifier la mélodie produite de « miaulements lamentables », et j’ai bien envie de le croire…

En plus d’avoir pénétré (ou pas) de ses miaulements les voix impénétrables du Seigneur, les vertus de notre piano à chat ont également été utilisées à des fins médicales au XIXème siècle. Toujours plus. Tu en as sans doute déjà entendu parler, mais entre les électrochocs, les bains d’eau glacée et autres vibromasseurs anti-hystérie, la médecine psychiatrique du XIXème n’est pas spécialement connue pour sa tendresse envers les patients. Dans ce contexte où on se demande qui est vraiment taré, pas étonnant, me diras-tu, qu’entre autres pratiques cheloues le piano à chat ait été utilisé pour lutter contre les maladies mentales.

Johann Christian Reil, qui trouvait ça cool de poser avec un crâne humain – Wikimedia Commons 

Un certain Johann Christian Reil, médecin au début du XIXème siècle, affirme que l’usage de cet instrument s’avère efficace dans le traitement de certaines formes de schizophrénie. Les sons produits par le piano seraient si impactants qu’ils suffiraient à eux seuls pour sortir le patient de son état second. Selon lui, l’instrument avait le potentiel pour améliorer grandement les conditions des patients. Pour les conditions animales par contre, on repassera. Même si cette invention aussi insolite que choquante semble avoir été mise en œuvre de façon très ponctuelle et à des occasions exceptionnelles, les pianos à chat ont traversé l’Histoire et inspirent toujours les artistes d’aujourd’hui, avec par exemple le court-métrage The cat piano, sorti en 2009 et primé au festival d’Annecy.

On peut également ajouter que le piano semble toujours autant amuser les têtes couronnées qu’au XVIème siècle : en 2010, le Prince Charles est filmé en train de se fendre la poire devant un concert de piano à chats… en caoutchouc cette fois !

 

Ouvrages intéressants sur le sujet :
Nouveau Musiciana: Extraits D’Ouvrages Rares Ou Bizarres, Anecdotes, Lettres, Etc. Concernant La Musique Et Les Musiciens… – J -B Weckerlin (1890) 
Les chats – Champfleury (1870)

Commentaires - 3 Ajouter un commentaire

Ajouter un commentaire

J'ai pris connaissance de la Politique de confidentialité et accepte l'enregistrement de mes données par docseven.fr

Kenzonim
13/10/2017 à 11h21
 Répondre
Bonjour, tout d’abords un énorme merci pour ce site. Ensuite, si je peux me permettre, il me semble qu’il y a une petite erreur d’accord. « dont les notes ne sont autre que les cris de douleur des minous » il devrait y avoir un « s » à la fin de autre. « Autre » s’accorde avec « les notes ». Encore merci Kenzonim
Z
23/10/2017 à 18h42
 Répondre
... on parle de instrument a torture pour chat et la on dit tranquillement comme si c etait mignon : piano a minous. XD
Blanche
31/10/2017 à 17h29
 Répondre
Je trouve que c'est du grand n'importe quoi. Allez biz' Doc.