×

Whanganui, un fleuve reconnu comme une personne par la loi

Le 8 juin 2018 par Doc Seven (800 vues)
L’île nord et le cours du Whanganui – Wikimédia Commons

Le Whanganui est un fleuve d’une importance historique pour les habitants de l’île nord de la Nouvelle-Zélande.
Il s’agit non seulement du troisième plus grand fleuve du pays, mais pendant très longtemps, malgré ses eaux torrentielles et les centaines de chutes qui ponctuent son trajet, le Whanganui fut l’une des seules routes commerciales pour relier le littoral néo-zélandais aux régions intérieures.

Ce n’est pas pour rien qu’avant l’arrivée des colons européens, la région autour du fleuve était la zone la plus densément peuplée de l’île. Encore aujourd’hui, de nombreux villages maoris (appelés Kainga) bordent ses rives.

Un des nombreux Kainga qui bordent le fleuve – Wikimédia Commons

 

 

C’est pour ces raisons que le Whanganui revêt une importance toute particulière au sein de la culture aborigène, qui a développé une multitude de mythes et de légendes autour de l’histoire du fleuve. Pour les Maoris, le Whanganui est un Taonga, un trésor qui mérite respect et déférence.

 

Cela fait longtemps que les Maoris considèrent donc le fleuve comme une personne à part entière, une entité naturelle qui a son propre caractère, parfois bienveillant, d’autres fois tumultueux.

Le Whanganui et ses paysages – Wikimédia Commons

Depuis 140 ans, les tribus aborigènes qui peuplent la région du Whanganui se battent pour leur fleuve, qu’ils jugent bafoué, abusé et pollué par les colons européens. Des négociations acharnées qui ont finalement abouti en mars 2017, avec une conclusion pour le moins insolite, et unique au monde. En effet, le Whanganui possède désormais le statut juridique d’une personne à part entière, avec les droits, les devoirs et les responsabilités qui l’incombent. Une victoire historique pour le peuple Maori, qui peut enfin poursuivre en justice tout individu ou entreprise qui ne montrerait pas au fleuve le respect qui lui est dû. Dans les faits, ce nouveau statut juridique stipule que si quelqu’un abuse ou endommage le fleuve, la loi considère désormais que cela revient à nuire au peuple Maori dans sa globalité : le Whanganui et le peuple Maori sont une seule et même entité.

Une décision juridique aussi inédite que révolutionnaire, qui pourrait donner des idées à de nombreuses populations indigènes à travers le monde, notamment au Brésil, qui se battent également pour la préservation de leur habitat naturel.

Pour aller plus loin :
– Woven by water : histories from the Whanganui river (anglais) de David Young
– Early missionary work in Whanganui (1840-1850) (anglais) de Cranleigh Chapple
– The Whanganui river today, a personal photographic journey (anglais) de Arthur Bates
Pourquoi le fleuve Whanganui est une personne ? de Louis Guillaume (téléchargement audio)

Commentaires - 3 Ajouter un commentaire

Ajouter un commentaire

J'ai pris connaissance de la Politique de confidentialité et accepte l'enregistrement de mes données par docseven.fr

MrFoxDeveloper
8/06/2018 à 18h03
 Répondre
C'est beau, et ça pourrait être effectivement un bon moyen de protéger certains coins de nature que l'homme peut potentiellement détruire.
Julie Beaulieu
9/06/2018 à 23h55
 Répondre
j’aurais peur que les gens commence a poursuivre les indigènes si le fleuve créer des dommage (inondation) ou si des gens y périsse(noyade)
Flora
3/07/2018 à 17h37
 Répondre
C'est tellement beau de voir qu'un peuple qui se bat depuis des années pour quelque chose finit pas obtenir gain de cause. Mais effectivement, il est possible que les gens commencent à s'en prendre aux indigènes lorsque la nature reprend ses droits. :/