×

Tassili n’Ajjer, un trésor au milieu du Sahara

Le 22 mai 2018 par Doc Seven (686 vues)
Vue satellite du parc national – Wikimédia Commons

Une mer qui se transforme en massif rocheux ? Une oasis en plein Sahara ? Des martiens dans des grottes préhistoriques ? Incroyable mais vrai, le Tassili n’Ajjer, massif rocheux de 120 000 km2 situé au Sud-Est de l’Algérie, est le lieu insolite qui rassemble tous les contraires. Son petit secret ? Je te le donne en mille. Ca a l’air un peu gros comme une maison mais c’est toutefois attesté scientifiquement : à la place de ce qui est aujourd’hui une étendue de sable brûlant dans lequel tu ne souhaiterais même pas expédier ton pire ennemi s’étendait il y a des millions d’années une immense étendue d’eau. Sous les rochers la plage !

Un des nombreux massifs rocheux qui peuplent Tassili n’Ajjer – Wikimédia Commons

Difficile à croire, mais les sculptures de roches et les pics vertigineux du massif culminant à 1000 mètres ne résultent ni de la main de l’homme ni d’une éruption volcanique, mais sont bel et bien des fonds marins desséchés qui subissent depuis des millénaires une érosion telle que le vent et autres facteurs climatiques y ont sculpté des motifs improbables… Pour ces raisons, Tassili n’Ajjer est un véritable trésor géologique, qui fait le bonheur aussi bien touristes assez aventuriers pour s’y rendre, que des scientifiques assez curieux pour l’étudier.

Et si seulement il ne s’agissait que d’un trésor géologique… Car une des principales richesses de Tassili n’Ajjer, site classé au patrimoine mondiale de l’UNESCO, est aussi artistique. Et pas n’importe quel art, un art préhistorique. Puisque que pour une fois l’habit fait le moine, le Tassili n’Ajjer est aussi bluffant de l’extérieur que de l’intérieur : qualifié de « musée rupestre à ciel ouvert », des pans entiers de roches ont gardé intacte l’empreinte du mec qui, il y a 10 000 ans, tuait le temps entre deux séances de chasse en tirant le portrait de son troupeau de moutons ou en immortalisant la fête dansante de la veille. En tout, c’est plus de 15 000 dessins et gravures qui permettent de suivre, depuis 6000 av. J.-C. jusqu’aux premiers siècles de notre ère, les changements du climat, les migrations de la faune et l’évolution de la vie humaine aux confins du Sahara.

Le genre de peintures rupestres qu’on retrouve par milliers à Tassili n’Ajjer – Unesco

Ces scènes de vie quotidienne en plein désert paraissent aujourd’hui tellement improbables que certains ont poussés le bouchon un peu loin en affirmant y voir des scènes « olé olé », et même des extraterrestres… Débat difficile à trancher après coup, à moins que les touaregs qui habitent sur ce qui n’est plus aujourd’hui qu’une oasis en plein désert n’aient encore quelque scoop improbable à révéler sur leur passé pas si désertique que ça !

Livres pour aller plus loin :
– Murs d’images : Art rupestre de la Tassili-n-Ajjer de Jean-Dominique Lajoux
– Merveilles du Tassili N’Ajjer de Jean-Dominique Lajoux, André Leroi-Gourhan, et Franck Elgar
Tassili N’Ajjer de Collectif
– Les gravures rupestres de l’Oued Djerat : Tassili-n-Ajjer de Henri Lhote

Commentaires - 0 Ajouter un commentaire

Ajouter un commentaire

J'ai pris connaissance de la Politique de confidentialité et accepte l'enregistrement de mes données par docseven.fr

Pas encore de commentaires.