×

L’histoire de Mary Toft, pondeuse de lapins

Le 6 octobre 2017 par Doc Seven (2 508 vues)
Mary Toft avec un de ses « enfants » – Wikimedia Commons

Un beau jour de 1726, une jeune anglaise du nom de Mary Toft donne naissance à 9 lapins. Pour de vrai. Même qu’un éminent chirurgien du coin, du nom de John Howard, a assisté de ses propres yeux à ce miracle de la nature : il a assisté la demoiselle, qui on l’imagine, a dû quand même prendre cher.

Bon, il se trouve que l’anatomie humaine ayant ses limites, les petits lapins en question ne sont pas sortis en aussi bel état que du chapeau d’un magicien… La jeune femme a en réalité enfanté, si l’on peut dire, de pièces détachées de lapins. Un peu comme des meubles Ikea en kit, quoi. Notre jeune maman, domestique de son état, n’est quant à elle pas du tout surprise : elle explique avoir eu d’impétueuses envies de lapins pendant toute sa grossesse, au point d’en avoir chassé en vain dans son jardin et d’en avoir maintes fois rêvé. CQFD. C’est le moment de te réjouir, petit chanceux, que ta mère n’ait pas eu ce genre d’envie pendant ton séjour intra utérin.

Toujours est-il que notre chirurgien, sûr de tenir là une première médicale qui allait changer la face du monde scientifique, a ramené sur place le plus brillant de ses confrères, Nathanael St. Andre, qui outre son activité de chirurgien officiel du roi Charles Ier, premier aussi à se faire couper la tête par ses sujets, était également astronome et prof de danse. Quoiqu’il en soit, notre éminent scientifique arrive à point auprès de Mary, qui donne naissance sous ses yeux à son quinzième lapereau. Le diagnostic est formel : Mary Toft est une véritable poule pondeuse… de lapins.

Mary Toft donne naissance à une nouvelle portée devant une foule éberluée – Wikipedia

Bien décidé à partager cette incroyable découverte avec le monde entier, Nathanael St. Andre revient alors à Londres avec Mary. Pour convaincre toute la communauté scientifique de la véracité des faits, il s’adonne à une expérience assez simple, à ne pas reproduire chez toi par contre… Il plonge dans l’eau un poumon de lapin sorti du bidou de Mary, et celui-ci se met à flotter, genre Jésus marchant sur l’eau, preuve irréfutable que toute cette histoire est belle et bien vraie. Tu ne comprends pas le rapport ? Bah moi non plus… D’ailleurs, quelques scientifiques sont aussi restés un poil dubitatifs sur le coup, rien de très étonnant. Toujours est-il que plus c’est gros, plus ça passe, et notre petite domestique devient une véritable curiosité scientifique, au point que notre dévoué Nathanael St. Andre organise lui-même de nombreuses visites au domicile de la jeune femme devenue une célébrité.

Seulement voilà, le jour vint où la jeune femme, examinée d’un peu plus près, fut brusquement à court de lapins et d’arguments, si bien qu’elle avoua avoir monté cette arnaque après une fausse couche pour devenir riche et célèbre. Aussitôt emprisonnée pour fraude et supercherie, elle entraîne avec elle le discrédit total des scientifiques soupçonnés d’avoir été ses complices. Pour autant, l’affaire ne passera jamais devant un tribunal et la jeune femme aux 17 bébés lapins est rapidement relâchée.

La représentation satirique de William Hogarth – Wikipedia

De quoi inspirer la plume aiguisée des critiques et autres illustrateurs, qui voient en cette affaire une preuve de la vanité des pseudos savants, souvent plus intéressés par leur petite célébrité que par la vérité. Comme quoi ces « médias » qui surfent sur fake news à sensation ont de beaux jours devant eux !
Les critiques de cette histoire s’attaquent aussi aux institutions judiciaires, aux pratiques pas très nettes… Par exemple, dans « La Crédulité, la Superstition et le Fanatisme » (image à gauche), l’artiste William Hogarth prend un malin plaisir à faire de Mary le symbole d’une parodie de Justice, où les superstitions et les croyances les plus aberrantes importent autant, sinon plus que la loi.

Un comble assez gênant pour un des fers de lance de l’économie mondiale de l’époque, qui s’enorgueillit d’être à l’avant-garde des progrès techniques et scientifiques… Dans tous les cas, je ne sais pas toi, mais je ne peux m’empêcher d’avoir une pensée émue pour notre chère Mary qui a tant donné de son corps en glissant des dizaines de bouts de lapins morts par là où on fait les bébés, alors qu’il lui aurait suffi aujourd’hui d’intégrer le casting des Anges de la télé-réalité.

 

Ouvrages intéressants sur le sujet :
– The Girl Who Gave Birth to Rabbits: A True Medical Mystery (Anglais !) – Clifford A. Pickover
– Maids, Wives, Widows: Exploring Early Modern Women’s Lives 1540-1714 (Anglais !) – Sara Read

Commentaires - 2 Ajouter un commentaire

Ajouter un commentaire

J'ai pris connaissance de la Politique de confidentialité et accepte l'enregistrement de mes données par docseven.fr

Sophie
17/10/2017 à 14h38
 Répondre
Excellent! Légèrement dégoûtant et franchement tordu, mais tout de même! L'Homme aura toujours une imagination débordante dans des domaines étranges...
    Chris Noel
    10/11/2017 à 17h25
     Répondre
    Comment est ce que ça se fait, qu'un humain peut aller aussi loin pour une ''célébrité". Mettre des lapins dans son **** juste pour ça ! pfff