×

Quand Dieu est poursuivi en justice

Le 6 juin 2018 par Doc Seven (1 479 vues)

Quand tu sors sans parapluie alors qu’il pleut des cordes, quand t’as un bout de salade coincé dans les dents pendant un rendez-vous amoureux, ou encore quand ton réveil se met en grève pour ton premier jour de taf… tu te demandes vraiment ce que t’as pu faire au bon Dieu et ça peut se comprendre. Sache même qu’il y a plus véner que toi : en 2007, le sénateur du Nébraska (si tu pointes ton doigt au milieu d’une carte des Etats-Unis du devrais tomber dessus), répondant au nom de Ernie Chambers, décide carrément de porter plainte contre Dieu.
Et là tu peux légitimement demander : pourquoi ?

Ernie Chambers, accusateur de divinités – Omaha.com

Tout simplement ras le bol des inondations, des tremblements de Terre et de tout le lot de souffrance qui va avec. Estimant que le Seigneur doit répondre de tous les malheurs qu’il inflige injustement à ses milliards de créatures, le sénateur réclame que Dieu doit jugé. Alors oui, tu vas me dire que normalement, c’est plutôt le scénario inverse qui est censé se produire et on comprend pourquoi le front conservateur du pays a avalé l’hostie de travers en apprenant la nouvelle.

Pourtant, Ernie Chambers n’est pas un pionnier du genre, puisqu’un an plus tôt, un roumain emprisonné pour meurtre a accusé Dieu de ne pas avoir respecté ses prières en laissant la justice humaine le condamner à 20 ans de taule. Et notre meurtrier un brin mégalo d’accuser Dieu « d’escroquerie, d’abus de confiance, de corruption et de trafic d’influence. » OKLM.

Heureusement pour l’accusé, la Justice est si bien faite que dans les deux cas, la plainte est classée sans suite. La raison ? Personne ne sait où sait ou crèche l’accusé. Certains invoqueront avec bonne foi son omniprésence, mais à défaut d’adresse, impossible de déterminer si Dieu peut être soumis ou non à la Justice de tel ou tel Etat.

« Jurez-vous sur la Bible de dire toute la vérité, rien que la vérité ? » – nwbible

La bonne nouvelle dans ce scénario assez burlesque, c’est que la plainte du sénateur Ernie Chambers était en réalité motivée par sa volonté de dénoncer la lenteur du système judiciaire américain, parasité par des centaines de plaintes sans queue ni tête, du genre étudiant rageux qui accuse son prof de l’avoir mal noté… Autant de cas que le sénateur souhaiterait voir confiées entre les mains du Tout-Puissant, histoire que la justice humaine ait plus de temps pour s’occuper d’affaires un poil plus rationnelles. Il s’agit donc là d’un nouveau prank historique à ajouter à notre collection sur le site. On ne sait pas si ce fake sacrément culotté aura porté ses fruits et désengorgé les tribunaux américains, mais on peut quand même faire un gros big up à ce pur coup de com’ !

Commentaires - 3 Ajouter un commentaire

Ajouter un commentaire

J'ai pris connaissance de la Politique de confidentialité et accepte l'enregistrement de mes données par docseven.fr

MrFoxDeveloper
6/06/2018 à 18h17
 Répondre
Ça c'est du coup de com' !
SpyRacer
30/06/2018 à 16h04
 Répondre
Juste, bravo à ce sénateur !
Irwine
30/06/2018 à 21h32
 Répondre
Pas mal du tout comme technique. Bon par contre tu vas me haïr je crois dans ce bout de phrase je crois que c'est soit et non doit : le sénateur réclame que Dieu doit jugé.