×

Connie Franklin, présent au procès de son meurtre

Le 19 avril 2018 par Doc Seven (3 783 vues)
Connie Franklin, bien vivant – strangeco

Preuve par l’exemple qu’on n’est jamais mieux servi que par soi-même, un certain Connie Franklin entre dans l’Histoire ce jour de 1929 où il témoigne au procès de ses propres assassins. Cette affaire totalement dingue commence pourtant de la manière la plus anodine qui soit : un jeune homme de 22 ans, du nom de Connie Franklin, vient s’installer dans un bled de l’Arkansas où il dépanne les fermiers du coin et s’amourache d’une jeunette de 16 ans répondant au doux nom de Ruminer.

La presse a évidemment couvert ce procès insensé – strangeco

Pourtant, à peine 3 mois après son arrivée, le jeune homme disparaît du jour au lendemain sans laisser de trace… si ce n’est un chapeau ensanglanté et des restes d’ossements retrouvés par une villageoise. L’enquête s’oriente alors vers la piste du meurtre mais s’enlise rapidement.
C’est alors que la petite amie du disparu livre à la police le récit du terrible drame à l’origine de la disparition de son bien-aimé : elle et son Roméo ont été sauvagement pris à parti par 5 malfrats du coin qui ont battu à mort Connie avant de la violer et la menacer de mort, elle et sa famille, si elle répétait quoique ce soit. Le procès des 5 hommes est sur le point de débuter… et là, c’est le couac : Connie se repointe en ville !

Encore plus étrange, tout le monde le reconnait sauf sa propre petite amie et la mystérieuse femme qui avait fourni les preuves à la police. Cerise sur le gâteau, le mec nie lui-même être Connie et se présente sous le nom de Marion Rogers, dont la police découvre qu’il s’agit d’un malade mental qui s’est échappé d’un hôpital psychiatrique peu de temps avant l’arrivée de Connie… L’affaire prend un tournant totalement loufoque : Marion Rogers, soupçonné d’être feu Connie Franklin, se retrouve alors à la barre des témoins lors du procès de ses prétendus assassins, qui on l’imagine, devaient être les premiers à halluciner d’être jugés pour meurtre sous le nez du mec qu’ils étaient censés avoir tué… L’enquête confirme que Marion et Connie sont bel et bien la même personne, tandis que Marion Rogers aka Connie Franklin retrouve ses esprits : le soir de son prétendu crime, il était ni plus ni moins en train de se mettre une mine… avec les 5 accusés !

Entre un revenant skyzo et une amante jalouse qui va jusqu’à faire témoigner un sourd et muet pour confirmer sa version des faits (véridique), le juge lui-même s’y mélange totalement les pinceaux et décide de torcher le verdict d’un procès qui a déjà coûté 8000 dollars aux contribuables. Par chance, les 5 accusés sont innocentés mais il s’en est fallu de peu pour que l’affaire ne tourne à l’erreur judiciaire la plus loufoque de l’Histoire !

 

Commentaires - 3 Ajouter un commentaire

Ajouter un commentaire

J'ai pris connaissance de la Politique de confidentialité et accepte l'enregistrement de mes données par docseven.fr

anon
1/07/2018 à 1h03
 Répondre
Je n'ai rien pigé à l'histoire. au final il y a eu meurtre ou pas? et que faisaient ils le soir de son prétendu meurtre?
schelson
1/07/2018 à 11h52
 Répondre
Hum la fin de l'histoire n'est pas tres compréhensible quelqu'un pourrait m'aider s'agit t-il du vrai connie l'ont t-il tué y'a t-il vraiment eu viol d'ou sort l'amante bref il manque certaines chose
Jey
18/11/2018 à 19h39
 Répondre
Pas facile en effet ! Si j'ai bien compris: 1) Connie et ses 5 potes étaient juste en train de se faire une bonne soirée 2) Sa petite a manigancé et engagé une sourde muette pour faire croire que Connie a été tabassé à mort par ses 5 potes 3) Connie qui avait disparu réapparait en se faisant passer pour Marion Rogers parce qu'il est schyzo ! C'est pour ça que tout le monde le reconnait sauf sa petite amie, la sourde muette qui avait soi disant découvert le corps et lui-même. Connie assiste du coup à son propre procès ! 4) Il revient à sa personnalité de Connie et confirme la version de ses 5 potes: une grosse soirée, c'est tout ^^ Pas sûr mais ça semble plausible haha