×

Ching Shih, la femme à la tête de 80 000 pirates

Le 14 juin 2018 par Doc Seven (3 641 vues)
Portrait de Ching Shih – revengerist

Dans nombre de mélodrames, on a croisé par-ci par-là une jeune femme désœuvrée, forcée de vendre ses charmes, dans l’espoir qu’un jour un beau prince la demandera en mariage, et la sortira de son bordel, au sens propre du terme. Les histoires de prince charmant, Ching Shih s’en bat le steak. Surnommée « La Terreur de la Chine du Sud », la demoiselle a peut-être commencé sur le trottoir, mais elle s’en est sortie comme un homme, ce qui est peu courant dans le milieu de la piraterie chinoise de la fin du 18ème siècle. Tout ça sans avoir un père aristo comme Ada Lovelace, ou se faire passer pour un homme comme Fe Del Mundo

L’épopée de cette femme hors du commun débute lorsque, un beau jour où elle s’adonne au plus vieux métier du monde, elle est capturée par des pirates. Loin d’en être effarouchée, Ching Shih prend non seulement goût au chef de l’équipage, qu’elle épouse, mais surtout au pillage et à la bagarre.

Pour preuve, à la mort de son mari, c’est elle qui reprend le gouvernail et se hisse à la tête de ce qui devient la mythique « flotte du drapeau rouge ». Elle soumet alors son équipage à un code de conduite draconien, qui prévoit notamment la peine de mort pour le gougeât qui viendrait à violer une prisonnière, comme il était alors de coutume. Et toc. Et ça marche tant et si bien que la pirate rassemble à ses côtés une flotte de 400 navires, qui pillent oklm tout navire marchand et autre village dans leur sillage.

Ching Shih au combat – Wikimédia Commons

Alors même si comme ça, la demoiselle n’a pas l’air très fleur bleue, sache que comme tous les êtres humains, un petit cœur palpite sous son armure de fer : peu de temps après la mort de son mari, Ching Shih s’éprend d’un jeune homme à qui elle confie de hautes responsabilités et choisit comme second époux. Le détail qui tue ? Ce jeune homme n’est autre que son propre fils adoptif, recueilli par feu son premier mari ! Toujours est-il que la flotte royale chinoise et les britanniques, qui traînent dans le coin, commencent à avoir les nerfs à vif face à l’indomptable femme pirate qui résiste même aux attaques de « bateaux-suicide » chargés d’explosifs.

La flotte de Ching Shih s’apprête à l’abordage, ça va faire mal – badassotheweek

Ching Shih accepte finalement de rendre les armes, mais non sans d’âpres négociations dont elle sortira finalement largement avantagée. Outre l’amnistie totale pour elle et une partie de ses hommes, elle obtient entre autres privilèges de garder pour elle l’intégralité de son butin de guerre, fait placer son fils/mari à un haut poste dans l’armée chinoise, et peut ainsi se payer une retraite dorée… dans sa propre maison close ! La boucle est bouclée. Au détail près qu’en chemin, cette fille de rien est devenue riche et respectée grâce à son intelligence et son incroyable audace…

 

Ouvrages intéressants sur le sujet :
The treasure of Ching Shih (Anglais) de John Gilgren
– Ching Shih: & Other Pirates, Prostitutes & Robbers (Anglais) de Francesca Marks

Commentaires - 5 Ajouter un commentaire

Ajouter un commentaire

J'ai pris connaissance de la Politique de confidentialité et accepte l'enregistrement de mes données par docseven.fr

Valais14
15/06/2018 à 12h09
 Répondre
Voici une vidéo pour aller un peu plus loin: https://www.youtube.com/watch?v=ii-6T8Kem6w
MrFoxDeveloper
19/06/2018 à 21h05
 Répondre
L'histoire de cette femme est incroyable !
Antog
1/07/2018 à 15h03
 Répondre
Il s'agit d'une des neufs seigneurs pirates dans pirates des Caraïbes 3 : belle hommage rendue par la saga de Disney.
Shawn Rodgers
1/07/2018 à 19h11
 Répondre
Wow. Merci Doc seven, Grâce à toi je me regale à apprende plain de chose Peut tu faire un article ou une vidéo sur la pollution plz C'est juste une recommandation tu peux faire ce que tu veux j'aime trop tes vidéos de toute façon ;)
zinare
14/09/2018 à 3h58
 Répondre
super!! j'ai adoré